Conseils de bon sens pour les temps difficiles


(Texte écrit en février 2014, lors d’une immobilisation de 40 jours dans un corset, suite à une fracture à la colonne vertébrale)
 La douleur de ma fracture au corps d’une vertèbre lombaire me lancine en d’innombrables moments du jour et de la nuit. Cette épreuve s'ajoutant à une autre qui m'attriste depuis trop d'années, j’ai perdu l’accès à ma sagesse profonde.
Passant de l’impuissance à la frénésie, je tourne en rond, surtout dans la cage de ma tête.


 Dans les dédales de mes peines, j’hésite : transcender ou abdiquer, tenir ou me laisser ternir, rebondir ou m’effondrer ? Il ne me fallait pas ça en plus, pas maintenant !, hurle une partie de moi inquiète de me voir perdre toutes mes forces.


Au secours, je sens mon cœur se vider de sa foi, de son espoir et de son altruisme !


 Mais un autre versant intérieur sait qu’à ce jeu là, il ne faut pas trop céder, sous peine de couler ; alors, une voix frêle mais tenace s’efforce de m’insuffler ses conseils de bon sens pour les temps difficiles…

 

Tu as 40 jours pour laisser ton corps guérir. Un corset t’y aide et en même temps te contraint. C’est vrai, tu es dépendante au dehors, mais tu peux opter pour la liberté au-dedans. Fais de ce « temps mort » un espace de Vie, au lieu d’un carcan subi. Et si tu prenais une retraite au cœur de ta liberté d’être ? En tout cas, décide soigneusement du cap que tu vas emprunter, parce qu’une fois qu’il orientera ta vie, il en tuera ou en nourrira la flamme ! Choisis ce vers quoi tu vas et ce à quoi tu veux servir comme si ton existence en dépendait, car c’est à l’évidence le cas !


 A chaque seconde tu joues un morceau de vie qui ne reviendra plus ! Et tes actions et pensées de l’instant, fut-il fugace, influencent le moment suivant.


 Détermine ta « Trajectoire Sacrée » et marche vers elle. Afin de ne pas t’égarer, prends une boussole pour repérer tes points cardinaux, ou capitaux devrais-je dire, dans le but d'arriver à beau port ! Selon moi, les points cardinaux d’une vie ayant valu la peine sont les valeurs nobles qui habitent un être humain.


 Si tu ne perçois pas clairement le sens ou la portée de ces mots, pose-toi une seule question : « Le choix que je fais mien maintenant veille-t-il à respecter ou à promouvoir la Vie, toute forme de Vie, en moi et alentour ? »


Lorsque tu embrasses des valeurs qui préservent ou stimulent le vivant, tu éprouves une joie si juste qu’elle développe en toi le souffle d’un coureur de fond ! Il t’est alors plus aisé de maintenir avec ferveur le cap sur ton objectif.  


 Pour donner corps aux aspirations les plus précieuses de ton être, consacre-toi sans retenue à trois pratiques :


•Dès la pointe du jour, relie-toi aux beautés que tu souhaites manifester dans ta vie. Hume-les tels une rosée fraîche, chéris-les, contemple-les, aime-les, afin qu’elles deviennent les phares orientant tes journées.

 

•Fie-toi à la puissance de ton cœur et écoute-le. Quand tu te dédies à lui et agis au service de sa bonté, il se dilate d’enthousiasme et sa plénitude soutient l’aboutissement de tes rêves. La coupe de la vie s’adoucit à mesure que l’on y distille sa bienveillance inconditionnelle.

 

•Apprends à ressentir les sensations, les sentiments et les états d’âme qui t’habiteraient si tes aspirations les plus chères étaient réalisées ! Même au creux du manque ou de la souffrance la plus aiguë, entraîne-toi à éprouver dans tes cellules l’écho subtil que tes souhaits assouvis y laisseraient. Lorsque tu parviens à demeurer aussi sereine dans tes difficultés que si celles-ci recelaient des cadeaux et aussi paisible dans la tornade que tu l’es dans le calme, tu t’ériges en alchimiste capable de transmuter tes épreuves en sagesse.

 

Si tu marches ton chemin en unissant ta vision déterminée à un humanisme respectueux, tu peux transformer chaque traversée de désert en oasis de fécondité, chaque doute en graine d’humanité et l’égrènement de tes nuits les plus noires en perles de lumière.

Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    Christine Colard/ crismary649@gmail.com (dimanche, 10 janvier 2016 19:21)

    Merci pour ce magnifique texte, je suis en larmes face au travail qu'il reste à faire pour m'accompagné dans cette recherche de paix et de vrai regard sur moi et sur l'autre.. mais la joie qui suivra en vaut la peine. J'ai 77 ans et il n'est jamais trop tard...
    Je vous souhaite une guérison toute en douceur.
    Christine.
    Mon site est en reconstruction...

  • #2

    francesca Fanara (lundi, 11 janvier 2016 01:17)

    WOOW quelle sagesse, quelle force émane de ce sublime texte !!! Mercii pr ce partage précieux !

  • #3

    Françoise martin (lundi, 25 janvier 2016)

    Chère Anne, quand je lis ce que tu as écrit lorsque tu étais au plus bas physiquement et moralement, que tu pouvais douter à juste titre de retrouver une vie "normale"...et que tu as fait ce choix radical de la liberté dans ton corset, et le choix de vivre le sacré de la Vie dans toute sa beauté par la contribution à apporter tout l'amour possible, à toi et aux autres êtres, et à refaire et refaire encore, quelles que soient les douleurs des épreuves, ce choix de grandir et d'aimer, je me dis que nous les humains, nous sommes des phoenix, nous renaîtrons toujours de nos cendres, à condition de le choisir...merci pour ce texte d'espoir, si nourrissant et inspirant, c'est un grand cadeau que tu nous fait !

  • #4

    Clorinda Carberry (vendredi, 03 février 2017 14:35)


    Awesome article.

  • #5

    de grève françoise (lundi, 06 mars 2017 00:22)

    bonsoir madame , j'ai écouté votre émission avec beaucoup d'attention .les attitudes ou conseils que vous donniez , je les connaissais un peu et c'est vrai qu'ils m'ont convaincu à la sérénité telle avec mes petits enfants ,2.5 , 5 ans et 10 ans , sachant que leur maman vit maltraitance et de gros soucis financiers , sachant que la vie lui est quelquefois insurmontable et qu'elle est épuisée très souvent ; je ne puis qu'être là mais j'aurais tant espérée qu'elle soit aimée car elle a un coeur d'or , aime très profondément ses enfants .Pourquoi ne reçoit elle pas ce qu'elle sème....